Les remarques d’Alan Greenspan sur un « étalon-or » (Gold Standard)

Par le passé, Greenspan a prouvé qu’il avait une parfaite connaissance de l’or. Maintenant que sa carrière à la Fed est terminée, « le vieux » Greenspan – celui qui défend les marchés libres – est de retour. Dans une récente interview pour le magazine Gold Investor, Greenspan a fait quelques remarques intéressantes sur l’historique « étalon-or » :

« Je considère l’or comme la première monnaie mondiale. C’est la seule monnaie, avec l’argent, qui ne nécessite pas une contrepartie. Cependant, l’once d’or a toujours été beaucoup plus précieux que l’once d’argent. Personne ne refuse l’or comme moyen de paiement pour régler ses obligations. Les instruments de crédit et l’argent papier dépendent de la solvabilité d’une contrepartie. L’or, avec l’argent, est l’une des seules devises qui a une valeur intrinsèque. Et cela a toujours été ainsi. Personne ne remet en question sa valeur, il a toujours été précieux depuis la première pièce créée en Asie Mineure vers 600 av. J.-C.

L’étalon-or a connu son apogée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, une période de prospérité mondiale extraordinaire caractérisée par une augmentation ferme de la productivité et une inflation très faible.

Mais de nos jours, l’idée répandue est que le standard or du XIXe siècle ne marchait pas. Je pense que c’est comme porter des chaussures trop grande et dire qu’elles sont inconfortables ! Ce n’est pas le standard or qui a failli, mais la politique utilisée. La Première Guerre mondiale a mis fin aux taux de change fixes avec le dollar américain et aucun pays ne voulait subir l’humiliation d’avoir un taux inférieur à celui de 1913.

La Grande-Bretagne, par exemple, a choisi de revenir à l’étalon-or en 1925 avec le même taux de change par rapport au dollar américain qu’en 1913 (4,86 $ US la livre sterling). C’était une erreur monumentale de Winston Churchill, alors « Chancelier de l’Échiquier » (ministre des finances et du trésor). Il a provoqué une grave déflation en Grande-Bretagne à la fin des années 1920, et la Banque d’Angleterre a dû faire défaut en 1931. Ce n’était pas l’étalon-or qui ne fonctionnait pas; Ce sont les parités d’avant-guerre qui n’ont pas fonctionné. Tous voulaient revenir aux parités d’échange d’avant-guerre qui, étant donné le degré différent de guerre et de destruction économique d’un pays à l’autre, rendaient ce désir totalement irréaliste.

Lorsque j’étais président de la Réserve fédérale, j’avais l’habitude de témoigner devant le député américain Ron Paul, un très grand défenseur de l’or. Nous avons eu quelques discussions intéressantes. Je lui ai dit que la politique monétaire des États-Unis a essayé de suivre les signaux que l’étalon-or aurait créé. C’etait une politique monétaire saine, même avec une monnaie fiduciaire. À cet égard, je lui ai dit que même si nous étions revenus à l’étalon-or, la politique monétaire n’aurait pas beaucoup changé. »

Source : thebigresetblog.com