Les lingots d’or s’arrachent comme du papier toilette

La demande en or est telle en ces temps de pandémie que l’approvisionnement, freiné par les mesures de confinement, ne suit plus. La taille des lingots a même dû être rationnée, raconte le Financial Times.

Certains comparent “l’achat frénétique du métal jaune avec la course des consommateurs au papier toilette”, raconte le Financial Times lundi 23 mars. Première raison, l’explosion des achats d’or et d’argent par les investisseurs américains et européens ces dernières semaines “pour tenter de protéger leur argent de l’effondrement des cours mondiaux des actions et de nombreuses devises”.

Cette première raison en entraîne une seconde : la difficulté des usines d’affinage de l’or à suivre le rythme. En cause, selon le quotidien économique, les mesures de confinement qui bloquent l’activité. En Europe, les plus grandes raffineries se situent toutes “dans la région suisse du Tessin, près de la frontière italienne […]. Les autorités locales ont annoncé ces derniers jours que la production était temporairement stoppée.”

Depuis quelques semaines et l’intensification de la crise du coronavirus en Europe et aux États-Unis, l’or est devenue une valeur refuge très convoitée, qui sert de matelas de sécurité aux transactions, explique le journal britannique.

Après avoir atteint un prix record de 1 700 dollars l’once troy (unité de mesure utilisée pour les métaux précieux qui équivaut environ à 31 grammes) le 9 mars, la valeur du métal jaune a chuté. Les investisseurs ont vendu massivement leurs stocks afin de récupérer de l’argent en prévision des difficultés économiques.

Quinze jours d’attente pour un lingot

La demande est cinq fois plus importante aujourd’hui qu’à l’accoutumée et les délais pour obtenir des lingots d’or peuvent aller jusqu’à quinze jours, poursuit le Financial Times :

Rob Halliday-Stein, fondateur et directeur général de BullionByPost, basé à Birmingham explique que la situation est inédite. ‘Concrètement, on vend dès que l’on a du stock dans nos coffres, mais nous sommes dépendants de ce que nous pouvons avoir. Un peu comme avec le papier toilette’.”

En plus des délais, c’est la taille des lingots qui est rationnée. “Je ne pense pas qu’il soit possible de trouver un kilobar [un kilo d’or] en Europe actuellement”, confie Ross Norman, ancien trader, au quotidien économique.

Malgré son aspect rassurant, l’or subit aussi les incertitudes du marché, évoluant au jour le jour en fonction des approvisionnements.

Source : FT