Ben Ali aurait fait transiter 1800 lingots d’or (72 millions d’euros) par la France

1 800 lingots d’or appartenant au clan Ben Ali et illégalement exfiltrés de Tunisie seraient passés par la France. Et ce sans aucune intervention des douaniers français.

 

Après la chute du président Ben Ali en janvier 2011, les avoirs de son clan ont été gelés par les autorités européennes. Peu de temps après leur exil forcé, les services secrets français avaient “supposé”, que la famille s’était enfuie avec 1,5 tonne d’or, soit l’équivalent de 45 millions d’euros.

Cette supposition serait belle et bien fondée. Car selon une enquête publiée dimanche 17 février par le quotidien <a href="http://www.nicematin atorvastatin lipitor.com/nice/lor-sale-de-ben-ali-est-il-passe-impunement-par-nice.1147796.html » target= »_blank »>Nice Matin, près de 1 800 lingots d’or, l’équivalent de 72 millions d’euros appartenant au président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali ont transité par quatre aéroports français. Jusqu’en à avril 2012, entre deux et cinq passages ont été enregistrés par semaine. Les “passeurs” passaient par les aéroports de Nice, Marseille, Orly ou encore Roissy Charles-de-Gaulle, avant d’être envoyé au Proche-Orient, à Dubaï ou Istanbul.

Face à ce balai quelque peu inhabituel, le service des douanes a saisi le Groupe opérationnel de lutte contre le terrorisme de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED). En vain. Aucune instruction particulière n’a été donnée aux douaniers.

Interrogée par Le Figaro, la direction générale des douanes rappelle que «le transfert d’or au sein de l’Union européenne n’a rien d’illégal, à partir du moment où cela fait l’objet d’une déclaration». En fait, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme ou encore la fraude fiscale, tout transfert d’argent d’un montant supérieur ou égal à 10.000 euros doit faire l’objet d’une déclaration quand il s’agit de transport de billets de banque, de pièces de monnaie, de chèques au porteur ou encore de chèques de voyage. En revanche, comme le prévoit une modification du règlement communautaire remontant à 2005 et mise en application depuis juin 2007, «les transferts de lingots d’or, pièces d’or et d’argent cotés sur un marché officiel ne font plus l’objet de déclaration au titre de cette réglementation…»

 

Ce n’est pas la première fois qu’un dictateur vole l’or de son pays

 

« On ne sait pas à 100% si c’est l’argent de Ben Ali et on ne le saura peut-être jamais », explique un douanier. Mais cela semble « assez logique par rapport à la période et aux points d’entrée », dit Eric Beynel, porte-parole de Solidaires issu de l’inspection des douanes : « Dans ma carrière j’ai croisé beaucoup de gens avec de fortes sommes en liquide, mais pas en lingots. Si c’est une grande quantité, on peut supposer que ça vient plutôt de réserves. »

Si ces faits sont avérés, ce ne serait pas la première fois que des dictateurs tapent dans l’or de leurs concitoyens. D’après un rapport du CCFD – Terre solidaire [PDF], plusieurs tyrans déchus se sont ainsi servis : Marcos (Philippines), Moussa Traoré (Mali), Pinochet (Chili) ou Milosevic (Serbie) auraient accumulé de l’or, notamment sur des comptes suisses.

Pendant ce temps là, le ministère du Budget dit chercher des “éclaircissements”.

Post Comment